Votre check-list pour acheter un bien immobilier en France

Votre check-list pour acheter un bien immobilier en France

1.Le terrain est-il enregistré sous le nom du promoteur ?

2.Le promoteur a-t-il obtenu l’autorisation de planification ?

La recommandation de base serait de ne pas signer de contrat de réservation ou de contrat d’achat privé (PPC) à moins que la mairie où se trouve la propriété ait délivré un permis de construire (“Licencia de Obras” en espagnol) pour le développement.

3.Avez-vous une garantie bancaire sécurisant vos paiements échelonnés ?

Les acomptes versés pendant la construction du bien peuvent être garantis au moyen de ce que l’on appelle génériquement une « garantie bancaire ».

La garantie bancaire a pour objet de sécuriser l’intégralité des acomptes versés par les acquéreurs en VEFA.

Les garanties bancaires ne doivent pas avoir de date d’expiration conformément à la loi 57/68. Les garanties bancaires ne doivent expirer que lorsque le promoteur obtient une licence de première occupation.

4.Le logement a-t-il obtenu un permis de première occupation (LFO) ?

Une licence de première occupation (ou ‘Licencia de Primera Ocupación’ en espagnol) est un certificat délivré par une mairie qui confirme qu’une propriété nouvellement construite est entièrement conforme à toutes les réglementations en matière d’urbanisme et de construction et est prête à être utilisée comme habitation . Un LFO permet aux acquéreurs en VEFA d’habiter un bien en toute légalité.

5. Développements fantômes :

Certaines nouvelles communautés restent largement invendues après la crise du crédit et vous pouvez également constater que de nombreux détenteurs communs ne contribuent pas aux dépenses des communautés. Cette mauvaise surprise peut créer des problèmes pratiques tels que des piscines vertes, le manque de sécurité, des jardins abandonnés et même des cambriolages. Il peut être recommandé avant d’acheter dans une communauté que vous demandiez d’abord. Cela changera sans aucun doute à l’avenir lorsque le marché se redressera et passera à un nouveau cycle.

6.Lois côtières :

Lors de l’achat sur plan, assurez-vous qu’il ne se trouve pas dans la zone protégée du domaine public, sinon vous risquez de faire démolir votre maison, à vos frais, par les autorités locales. La loi côtière espagnole a été adoptée en 1988, mais ce n’est que récemment que le gouvernement a décidé de l’appliquer avec rigueur. Il y a eu des modifications importantes au point qu’il y a eu une amnistie de facto de la loi côtière.

7.Acheter pour louer

Si vous achetez pour louer la propriété, à court ou à long terme, assurez-vous que la région d’Espagne dans laquelle vous achetez le permet. Certaines régions, comme les îles Baléares, ont des réglementations strictes en vertu desquelles une licence spéciale est requise pour louer. En cas de non-respect, la mairie vous sanctionnera. D’autres régions d’Espagne, comme l’Andalousie, n’exigent pas de permis de location, mais ont leur propre réglementation en place sur la location de biens, à savoir le décret 218/2005.

8. Vous avez un numéro NIE, n’est-ce pas ?

Un numéro NIE est un numéro d’identification fiscale pour les étrangers et est nécessaire, entre autres, pour acheter

9.Liste des accrocs

Avant de terminer sur une propriété nouvellement construite, vous devez toujours faire une liste d’accrocs de la propriété. Vous pouvez soit établir vous-même une liste d’accrocs, soit mandater l’une des nombreuses entreprises expérimentées qui peuvent l’effectuer à votre place. Il va sans dire que les avocats ne procèdent généralement pas à des listes de dénonciation.

Lors de l’inspection de la propriété, ils dresseront une liste de tous les défauts de la propriété, c’est-à-dire des carreaux dépareillés, des taches humides, des robinets qui fuient, de la peinture écaillée, des appareils endommagés, un drainage inapproprié, etc.

Je vous conseille fortement de ne pas terminer sur un plan hors plan tant que vous n’avez pas entièrement réalisé une liste de problèmes et que vous l’avez également suivie en vous assurant que le développeur a bien réparé chacun des problèmes mis en évidence par votre inspection. Une fois que vous avez terminé, il sera très difficile de les fixer car votre position de négociation sera considérablement affaiblie lors de la remise de l’argent. Alors jouez vos droits de carte et exigez qu’ils soient toujours réparés avant l’achèvement, pas après l’achèvement. Une fois que vous êtes satisfait des réparations, vous pouvez alors terminer.

10.Post-achèvement :

Assurez-vous que la propriété est maintenant enregistrée sous votre nom

Enregistrez vos titres de propriété au registre de la propriété. Vous feriez bien de demander ce qu’on appelle nota simple. Il est fortement conseillé de vérifier que le titre est propre et qu’il n’y a pas de charges, de privilèges ou de charges sur la propriété (autre que l’hypothèque que vous avez peut-être demandée selon le cas).

Traitement des taxes foncières, des services publics et des frais communautaires

Vous devriez ouvrir un compte bancaire espagnol si vous ne l’avez pas déjà fait. Les entreprises de services publics n’acceptent pas les paiements à l’étranger et aiment établir des factures en tant qu’ordres permanents sur votre compte espagnol. Vous devez définir au moins comme ordres permanents tous les éléments suivants :

Taxe IBI. Payé une fois par an

Taxe de ramassage des ordures. Versement 2 ou 1 fois par an selon les mairies.

Factures de services publics (facturées trimestriellement dans le cas de l’eau et mensuellement dans le cas de l’électricité).

Frais de communauté (uniquement si vous avez acheté dans un Compound). Généralement trimestriel mais peut varier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *